Lettre pastorale N°6, Intervention RJB 7 avril 2020

Lettre pastorale N°6, Intervention de Véronique Müller sur RJB

7 avril 2020

 NETTOYAGE DE PRINTEMPS

Nettoyage de printemps…mmhm…qu’il y-t’il à nettoyer ? le jardin…c’est fait…les armoires…aussi…peut-être le frigo ? non, là aussi c’est terminé.

Et s’il ne s’agissait pas de nettoyer des objets ou des meubles, mais de nettoyer mon intérieur ? c’est possible cela ?

Oui ! nous pourrions commencer par un jeûne ! un jeûne du corps bien sûr, comme en pratiquent beaucoup de croyants. Celui qui sert à se départir du confortable, du nécessaire même, pour se recentrer sur l’essentiel : son essentiel !

Une ascèse comme Jésus l’a pratiquée au désert pendant 40 jours, rappelant la recherche du peuple hébreu fuyant l’Egypte et qui erra 40 ans ! Le peuple demandait d’ailleurs des signes au Seigneur. Est-ce qu’on est sur la bonne voie ? pourquoi n’y a-t-il pas d’eau ? n’avions-pas assez de nourriture en Egypte ?

Jésus, lui, ne demande rien. Il tient bon. Il jeûne en pleine confiance, et en pleine…conscience aussi… « Père que ta volonté soit faite » …

Son esprit est plus fort que son corps. Le diable lui-même n’a-t-il pas tenté de le faire craquer, lui proposant de changer les pierres en petits pains ?

Un jeûne du corps, certes, mais pas que ! Le temps du Carême commence parfois par la distribution de cendres dans les mains ou sur la tête… pour marquer la détresse, la mortification face au malheur, à la faute commise. Comme au temps des patriarches de la Bible… Mais ces cendres rappellent aussi qu’un feu mourant peut être rallumé ; qu’au baptême, les chrétiens ont reçu la lumière de Dieu, et que celle-ci peut être ravivée facilement.

C’est donc aussi un jeûne du cœur ? de l’intelligence ? du divertissement à tout va ? Oui sûrement, il y a de cela aussi. Se retirer en soi-même, se recentrer sur son intérieur, s’écouter, réfléchir à sa vie, à ses actes, ses besoins et ses élans. Se faire du bien, faire Le bien. Reconnaître le mal, y résister. Jeûner, c’est renoncer à quelque chose, changer de comportement. Pour vivre plus et mieux ensuite !

Mais Jésus nous rappelle que le jeûne doit rester discret, dans le secret de notre cœur….

« Quand tu jeûnes, parfume ta tête et lave ton visage, pour que ton jeûne soit connu, non des hommes, mais de ton Père qui est là, dans le secret… »

Le jeûne du temps de Carême, c’est créer du vide pour pouvoir accueillir l’autre, l’Autre avec un A majuscule ! C’est repartir plus léger, désencombré, mener le bon combat, …pour se relier à Dieu.

C’est un véritable nettoyage de printemps, au-dedans de soi, pour que sa demeure intérieure soit propre afin d’accueillir son hôte de Noël et de Pâques, le Seigneur Ressuscité !

Et ces temps d’isolement, on peut même allumer une petite bougie sur le bord de sa fenêtre en signe de renouveau et de solidarité !

Véronique Müller