Notice: Undefined offset: 1 in /vdir/www.par8.ch/var/www/vhosts/www.par8.ch/web/templates/par8_v3/library/Artx/Content/SingleArticle.php on line 95

Aumônerie dans le Par8

Au nom de l'Evangile de Jésus-Christ, l'Eglise réformée évangélique se veut être proche de chacun quelque soit ses lieux de vie. A côté des paroisses, l'Eglise accompagne la personne dans sa dimension spirituelle, dans des institutions telle que les prisons, les hôpitaux ou encore les homes pour personnes dépendantes ou âgées.

En collaboration avec les autres Eglises et les Institutions, des aumôniers et laïcs du Par8, formés à l'écoute, accompagnent les personnes se trouvant dans les homes de la région. En outre, des aumôniers visitent les personnes hospitalisées.

Le Par8 entend rester fortement impliqué dans le soutien spirituel dans les homes et les hôpitaux de la région. 

Notre Eglise réformée Berne-Jura-Soleure (REFBEJUSO) a mis en place des critères de qualités et clarifié le rôle d'une aumônerie en institution.Voici le lien pour en savoir plus.

 

Aumônerie

Le mot n’est pas beau, il fait penser à « aumône », et dans notre langage courant, l’aumône a vite fait d’évoquer le geste méprisant d’une somme insignifiante qu’on donne par condescendance à un pauvre mendiant, avec en passant une manière pas trop onéreuse de se donner bonne conscience.

Et il est vrai que le mot « aumônerie » vient bien de là. C’était à l’origine le lieu où l’on dispensait les aumônes dans les abbayes. On y distribuait des vivres, ou aussi de l’argent. Et par extension, c’est devenu le service de don de ces aumônes aux plus pauvres.

Aujourd’hui, que distribue-t-on dans les aumôneries ? Pas grand-chose de matériel, mais une attention, une présence, une parole d’espérance, une bonne nouvelle évangélique, que ce soit pour des soldats risquant leur vie, des malades ou des voyageurs. Aujourd’hui, les bénéficiaires des aumôneries ne sont pas forcément des pauvres au sens matériel, mais souvent des personnes en situation de faiblesse qui ont besoin d’un frère ou d’une soeur leur apportant de l’espérance. Certes le pain est indispensable pour vivre, mais nous savons aussi que « l’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu » (Mt 4,4).

Il paraît que le mot « aumône » vient du grec « Eleimosyni » signifiant « la compassion », « la pitié ». Il s’agit donc bien plus qu’une petite pièce que l’on jette avec mépris, il s’agit d’un geste venant d’un sentiment fort d’amour. Et l’aumônerie, c’est plus qu’une administration hiérarchisée, c’est toute une démarche visant à aller vers les plus démunis humainement et spirituellement, et qui ne pourraient, souvent, trouver par eux-mêmes le pain céleste dont ils ont besoin.

Louis Pernot